Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
hamburger overlay

Ces hypoglycémies qu’on ne sent pas venir : les pires moments pour faire une crise 

 

Avouons-le : nous rêvons tous d’une glycémie qui soit toujours parfaitement équilibrée. Mais lorsqu’on a un diabète de type 1, c’est mission impossible. En effet, les hypoglycémies et hyperglycémies font partie du quotidien. De plus, nous réagissons tous différemment à ces événements. Moi, par exemple, je ne souffre pas vraiment d’hyperglycémies. C’est tout le contraire pour les hypoglycémies. Souvent, je ne les sens pas venir et je m’en rends compte lorsqu’il est trop tard...

Non-perception de l’hypoglycémie : difficulté à percevoir les hypoglycémies

Personnellement, je ne sens quasi jamais venir la crise. Alors que d’autres ont de légers tremblements avec une valeur d’environ 72 mg/dl, moi, je me sens mal en dessous des 54 mg/dl seulement. Ce phénomène est parfois appelé « non-perception de l’hypoglycémie ». L’inconvénient majeur dans mon cas, c’est que ces hypoglycémies sont toujours intenses et désagréables... Lors d’une crise, je me sens confuse, voire un peu paniquée, je me montre parfois virulente et méchante, je suis toute tremblante et j’ai très chaud. Évidemment, une hypoglycémie n’arrive jamais au bon moment, mais il y a des situations pires que d’autres. Des situations carrément détestables.

Les pires moments pour faire une crise d’hypoglycémie

Lors d’un entretien d’embauche

Je déteste quand mon diabète se manifeste juste au moment où j’ai envie de faire bonne impression, par exemple lors d’un entretien d’embauche. En principe, j’éteins toujours les alarmes de ma pompe pour ne pas devoir sortir celle-ci en plein milieu d’un entretien. Mais alors, je ne suis malheureusement pas prévenue en cas d’hypoglycémie... Ainsi, il m’est arrivé de sentir venir une crise à la fin d’un entretien. Ce n’était vraiment pas le moment ! Heureusement, j’avais déjà reparamétré ma basale et je venais de boire un cappuccino avec du sucre. J’ai donc moins ressenti le besoin de réagir. En fait, j’aurais tout simplement dû le dire et prendre quelques comprimés de Dextro...

Juste avant une séance de sport

Lorsque je fais du sport, de la course à pied en l’occurrence, j’essaie toujours de choisir le bon timing. Je privilégie les moments sans insuline active, lorsque mon taux est relativement stable. Or, il m’arrive parfois d’avoir une baisse soudaine et de sentir arriver une hypoglycémie dix minutes avant mon départ. En pareil cas, je peux toujours décider de prendre un peu de Dextro et de partir quand même. Mais souvent, je me sens si faible que je dois me résoudre à oublier ma séance. 

Au volant 

Rouler en voiture a toujours été compliqué pour moi, surtout quand je n’avais pas encore de capteur... Sans l’alarme de ma pompe, je ne sens pas venir les hypoglycémies. Et au volant, cela n’a rien d’une partie de plaisir. Le problème est moins grave quand je suis seule dans ma voiture. Dans ce cas, je m’arrête tout simplement lorsque c’est possible, je prends un peu de Dextro, j’attends dix minutes et je reprends la route. Mais si d’autres personnes m’accompagnent et que je dois me rendre quelque part à une heure précise, je me sens coupable.

Juste avant d’aller dormir

Je suis fatiguée, je viens de me brosser les dents et je suis au lit. Je bouquine encore un peu ou je pianote sur mon téléphone, et soudain, je sens arriver la crise. Non, pas maintenant ! Je me lève, je prends du Dextro, je dévore éventuellement la moitié du frigo et je peux de nouveau aller me brosser les dents. Lors de ce genre d’épisode, ma principale difficulté consiste à ne pas « manger de trop ». Parce que cela n’est jamais bon... 

Au restaurant

Je prends beaucoup de plaisir à sortir manger au restaurant le soir. Surtout lorsque je n’ai pas beaucoup mangé à midi et que j’ai une faim de loup ! Or, rien n’est plus agaçant que de devoir apaiser cette faim avec du sucre de raisin. Il m’est déjà arrivé plusieurs fois de faire une hypoglycémie cinq à dix minutes avant d’être servie. Et lorsque mon assiette arrive, je ressens davantage le besoin de « survivre » que de savourer vraiment mon repas.

Quel est votre moment le plus agaçant pour faire une crise d’hypoglycémie ? Vous aussi, vous avez du mal à les sentir venir ? Racontez-moi tout dans les réactions !

 

Si vous souhaitez plus d’informations sur le diabète, inscrivez-vous pour notre newsletter ou lisez nos blogs.

 

Related Articles

Share

Filed under: